Déchèterie

Depuis la fermeture de la décharge publique, les municipalités de la Bréole et St Vincent ont souhaité mettre en place un lieu qui permette la récupération de certains déchets.
Deux bennes sont mises à disposition : une pour la ferraille et une pour les autres déchets recyclables.

Matières refusées ou soumises à certaines conditions :

  • Les médicaments et radiographies : adressez-vous à votre pharmacien qui en assure la collecte même s'ils sont périmés. 
  • Carcasses de voiture : emmenez-les dans une casse automobile.
  • Les bouteilles de gaz : les bouteilles de gaz - 13 kg, 6 kg ou 3,5 kg - sont toujours propriété de la marque et sont consignées. Vous pouvez donc toujours les rapporter à votre distributeur.
  • Précautions : remettez le chapeau sur la bouteille si vous l'avez et transportez-la debout.
  • A signaler : les petites cartouches de recharge percées ne contenant plus de gaz vont dans le conteneur des emballages en métal.
  • Attention : sauf exception, les déchèteries refusent les bouteilles de gaz.
  • Les extincteurs : l'extincteur est sous contrat de maintenance. Contactez la société concernée qui se chargera de son élimination.
  • Déchets explosifs, radioactifs : adressez-vous à des entreprises spécialisées dans la récupération des déchets spéciaux.
  • Piles : rapportez-les en magasin. Depuis le 1er janvier 2001, les commerçants qui vendent des piles sont également tenus de les récupérer quand elles sont usagées.
  • Pneus : adressez-vous à votre garagiste.
  • Amiante : si l'amiante est présent comme matériau de construction (flocage, faux plafond...), ne l'enlevez pas vous-même et faites appel à un professionnel qualifié.

La liste des entreprises agréées possédant les certifications réglementaires peut être obtenue auprès de l'Afnor ou de Qualibat.

Évitez toute action sur les déchets qui pourrait libérer des fibres (casser, scier, percer, brosser, frotter...).

La sécurisation du site de l’ancienne décharge

La décharge intercommunale située sur le territoire de Saint-Vincent les Forts a été officiellement fermée en novembre 2005, après 20 ans de service pendant lesquels la population a pu se débarrasser de tout objet en fin de vie.

En 2005 cette décharge devenue illégale s’est plus ou moins organisée en déchèterie. Sur injonction de l’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) des préconisations de réhabilitation et de mise en sécurité du site ont été établies.

Des sondages du sous-sol pour détecter la nature des polluants et des effets sur les eaux du lac ont été réalisés. A présent il s’agit de limiter la stagnation des lixiviats (liquide résiduel qui provient de la percolation de l'eau à travers un matériau) présents en profondeur. Il est question de poser une géomembrane et de l’argile compactée sur le massif de déchets.

Ce massif sera nivelé afin de prévenir tout risque de mouvement de terrain vers l’aval. Enfin, des plantations devraient assurer une meilleure intégration dans cet environnement boisé.

Il s’agit aussi de faire cesser les intrusions sauvages sur ce site qui se doit d’être sous étroite surveillance. Une clôture digne de ce nom englobera l’ensemble du secteur.

Cette première phase de travaux a minima de sécurisation est estimée à 153 000 € HT. La société gapençaise AEV a été missionnée par la communauté de communes pour organiser ces travaux complexes.

Mais ces ouvrages obligatoires ne concernent qu’une remise en état partielle de la décharge. Il faudra sans tarder engager la deuxième phase de mise aux normes d’une véritable déchèterie où tous les dépôts feront l’objet d’un recyclage. Faute de mise aux normes, celle-ci risque d’être déclarée illégale.

Nous ne pouvons nous résigner à une telle hypothèse. C’est pourquoi la municipalité insiste auprès de la communauté de communes, compétente en matière de déchets, pour mener à bien et en totalité cette réhabilitation.

Line Aillaud – Guy Kletty. Article paru dans le bulletin municipal édition 2015.